Adresse : 10 rue du chariot d’or, 69004 Lyon
Mail : contact@artisansdelafiction.com
Tél. : 04.78.29.82.07

 

Permanences téléphoniques et accueil :
les mercredis de 14h à 18h (hors vacances scolaires)

Nous suivre sur les réseaux
S’inscrire à notre newsletter

Créer une bonne histoire – Antti Tuomainen

Par : Roxane Fallot

Antti Tuomainen est un écrivain finlandais spécialisé dans les thrillers. Les Artisans de la Fiction ont profité de sa venue à Quais du Polar 2019 pour l’interroger sur l’écriture de ses romans et sur ce qu’il considère essentiel pour créer une bonne histoire.

Créer une bonne intrigue Antti Tuomainen

Comment se former seul à la narration, selon Antti Tuomainen ?

Antti Tuomainen était très jeune quand il a décidé de devenir écrivain, et comme de nombreux apprentis écrivains il n’a pas tout de suite su comment s’y prendre.

Je n’avais absolument aucune idée de ce que ça voulait dire. Je me suis lancé et j’ai commencé à écrire des choses très différentes qui m’ont menées dans des directions très différentes.

Aujourd’hui auteur publié de huit romans (dont cinq traduits en français), Antti Tuomainen n’a jamais pris de cours d’écriture. C’est son parcours professionnel qui lui a permis de se former et de progresser. Avant de devenir auteur, il écrit pendant douze ans pour la publicité. Il fait aussi du journalisme et de l’écriture de script !

Ainsi l’écriture a toujours été présente dans le parcours d’Antti Tuomainen. Je pense que la meilleure façon d’apprendre c’est de lire. Lire et écrire. Il faut faire les deux. Et il faut le faire beaucoup.  Il explique que c’est cette pratique constante, associée à une lecture assidue, qui lui ont permis de devenir romancier.   

Il a donc « appris en faisant », un processus solitaire et souvent douloureux par lequel sont passés de nombreux auteurs. Pour faciliter ce processus, on ne cesse de le répéter à nos élèves (et les auteurs que nous interviewons nous soutiennent) : lire des romans et les décortiquer techniquement (et non uniquement thématiquement ou esthétiquement) est une étape essentielle de votre apprentissage de l’écriture

Je lisais des romans qui me plaisaient beaucoup. Je m’intéressais à leurs spécificités. je les relisais plusieurs fois pour trouver les clés, pour voir comment c’était fait

Antti Tuomainen Little Siberia

Comment créer une bonne histoire ? 

Antti Tuomainen a d’abord été très influencé par les grands auteurs classiques finnois mais c’est en découvrant le polar américain qu’il a une révélation. Georges Pelecanos, James Lee Burkes, Dennis Lehane et James Sallis (…). Quand j’ai commencé à les lire ça m’a réveillé, je me suis dit “Ok, ça c’est vraiment intéressant”. Parmi ses maitres du roman noir, il évoque :

Ces auteurs lui ont ouvert les yeux sur la nécessité de la tension narrative au sein d’une histoire – une intuition confirmée par l’analyse de ses films préférés.

Toutefois, la lecture de fiction classique et de romans policiers n’ont pas été les seuls maitres d’écriture d’Antti Tuomainen. C’est en analysant ses films préférés qu’il a découvert le sens d’une bonne intrigue. 

En regardant des films j’ai compris que pour avoir une histoire intéressante, il faut que les personnages veuillent ou désirent quelque chose. C’est la base de toute fiction. Et j’ai réalisé ça quand j’avais 18 ou 19 ans. Je me suis dit “ tu dois avoir un personnage qui désire quelque chose très fortement et là tu auras une histoire”. Ça a été une révélation pour moi.

C’est donc la tension entre le désir du personnage et les obstacles que vous mettez sur sa route qui crée une intrigue intéressante pour le lecteur.

Quelle idée de départ pour créer une bonne histoire ?

Lorsque Antti Tuomainen se lance dans le travail d’écriture de roman il commence par choisir un thème. Une idée simple qui va devenir le fil conducteur de son roman

Une bonne histoire, ça parle de quelque chose d’important. Et pour moi ces deux choses vont ensemble : la narration et le fait de parler de quelque chose d’important. 

Mon idée de départ c’est toujours “un être humain qui a un problème”. Et ensuite, j’essaye de tout de suite montrer ce personnage en action. Je le montre en train d’agir. Ce que j’aime par dessus tout c’est quand le personnage prend le dessus, qu’il me montre le chemin. Je le pousse, je le mets dans une situation où il doit prendre des décisions cruciales. Le mieux c’est de le mettre dans une situation où il n’y a pas de bon choix à faire, où le bon choix n’existe pas, mais qu’un choix doit quand même être fait. Mon personnage doit choisir entre un mauvais choix et un choix encore pire.

Les romans d’Antti Tuomainen mettent en scène des personnes ordinaires plongés dans des situations extraordinaires. Son travail d’écriture et de réécriture repose donc sur ce « problème » auquel ses personnages sont confrontés. Ainsi il pousse ses personnages dans leurs retranchements et génère une tension narrative captivante.

Nous remercions toute l’équipe de Quais du Polar.

Cet article vous a plu ?

Retrouvez d’autres interviews des auteurs interrogés pendant les éditions précédentes de Quais du Polar :

Pour  Marin Ledun la lecture a joué un rôle dans son apprentissage : “ Inconsciemment, je savais déjà comment structurer un livre, car j’en lisais. ”. 

Megan Abott, autrice de thrillers, se range à son avis et avoue avoir disséqué techniquement de nombreux romans avant d’en écrire !

 

 

Aller à la barre d’outils