Adresse : 10 rue du chariot d’or, 69004 Lyon
Mail : contact@artisansdelafiction.com
Tél. : 04.78.29.82.07

 

Permanences téléphoniques et accueil :
les mercredis de 14h à 18h (hors vacances scolaires)

Nous suivre sur les réseaux
S’inscrire à notre newsletter

La réécriture vue par 9 écrivains français


L’écriture, cet art mystérieux qui captive lecteurs et écrivains depuis des siècles, a suscité un débat fascinant lorsqu’un groupe de 9 écrivains français a partagé leurs réflexions sur ce processus créatif lors d’une récente discussion. Chacun de ces auteurs a sa propre méthode, ses propres défis et astuces pour écrire des romans captivants. Dans cet article, nous explorerons les diverses approches qu’ils ont exposées pour percer les secrets de leur écriture.

L’importance de l’atmosphère : Frank Thilliez

Frank Thilliez, auteur de thrillers à succès, commence par créer une atmosphère angoissante pour ses histoires. Il insiste sur la nécessité de poser un cadre, d’établir un univers, une certaine lumière, une météo, et des lieux stimulants pour l’imaginaire du lecteur. Il privilégie les environnements tels que la montagne et les endroits sombres pour susciter la tension chez ses lecteurs.

Planification pratique : DOA

DOA aborde l’écriture de manière très pragmatique. Il ne se perd pas dans des considérations théoriques, mais plutôt dans des problèmes pratiques. Il utilise des plans étalés sur de grandes frises pour suivre les évolutions des personnages, leurs interactions temporelles et spatiales. Il associe chaque personnage à une couleur pour visualiser la concentration narrative et rééquilibre les points de vue pour maintenir l’attention du lecteur.

La cohérence dans l’intrigue : David Diop

David Diop met l’accent sur la cohérence par rapport au parcours des personnages. Il considère que les péripéties et les rebondissements dans une histoire sont dictés par les circonstances de l’intrigue. Pour lui, les choix d’intrigue doivent d’abord servir la cohérence du parcours des personnages, tout en créant de la tension.

Le pouvoir des sensations : Valentine Goby

Valentine Goby décrit son processus d’écriture comme une recherche de sensations sonores et sensorielles. Elle recherche une adéquation entre l’expérience mentale de l’écriture et la matérialisation de celle-ci sur le papier. Pour elle, l’écriture doit traduire les sensations mêlant plusieurs sens, créant ainsi un récit vivant et immersif.

L’art de la réécriture : Pierre Lemaitre

Pierre Lemaitre souligne que l’écriture réelle est la réécriture. Il insiste sur l’importance de la simplicité dans le processus créatif, incitant les écrivains à ne pas rechercher la perfection dès le premier jet. Selon lui, la solution la plus simple est souvent la plus efficace, et la réécriture est un passage obligé pour parvenir à une narration fluide et compréhensible.

La clarté narrative : Jacky Schwartzmann

Jacky Schwartzmann révèle qu’il écrit trois pages par jour, un rythme qui l’aide à maintenir un équilibre entre la production de texte et la réécriture. Il préconise de choisir la solution la plus simple lorsque des problèmes de compréhension ou de fluidité narrative se posent, afin de garantir que les lecteurs puissent suivre l’histoire sans entraves.

La persévérance de Susie Morgenstern

Susie Morgenstern partage son expérience d’une réécriture constante. Elle a la chance d’avoir des relecteurs attentifs, mais insiste sur le fait que, même avec des corrections fréquentes, elle persiste dans l’amélioration de son texte. Elle souligne l’importance de corriger les fautes tout en gardant une cohérence globale.

Ces écrivains nous ont offert un aperçu de leurs méthodes de travail, de leurs astuces et de leurs réflexions sur l’écriture. Il est clair que chacun d’entre eux aborde l’art de l’écriture avec sa propre philosophie et ses propres processus créatifs. Les leçons tirées de leurs expériences variées montrent que, malgré les différences, la passion pour l’écriture et la persévérance sont des éléments essentiels pour réussir dans le monde de la littérature.

Aller à la barre d’outils