Adresse : 10 rue du chariot d’or, 69004 Lyon
Mail : contact@artisansdelafiction.com
Tél. : 04.78.29.82.07

 

Permanences téléphoniques et accueil :
les mercredis de 14h à 18h (hors vacances scolaires)

Nous suivre sur les réseaux
S’inscrire à notre newsletter

Le syndrome du milieu

Par : Julie Fuster

En finir avec le syndrome du milieu


Écrire un roman comporte de nombreuses difficultés. Au-delà des aspects purement pratiques (trouver le temps nécessaire), il faut aussi se confronter aux problèmes techniques. Ces derniers augmentent de façon exponentielle avec le nombre de pages envisagé par l’auteur ! Et parmi ces problèmes techniques, les jeunes auteurs et autrices de fiction sont régulièrement confrontés au fameux syndrome du milieu. Quel est ce syndrome ? De quoi est-il le signe ? Et comment le « soigner » ? 

Un syndrome récurrent

C’est un problème que tous ceux et celles qui ont écrit de la fiction ont déjà vécu ! Une fois passées l’excitation des premières pages et l’étape relativement aisée de la mise en place, l’histoire prend du plomb dans l’aile. L’intrigue retombe comme un soufflet, les personnages s’essoufflent, les sous-intrigues bourgeonnent mais ne mènent nulle part… Bref, on est dans le ventre mou du récit. Cet effet récurrent est connu sous le terme de « syndrome du milieu » ! Et il est assez paradoxal, quand on y pense. Car le milieu, c’est le moment de votre histoire où il devrait se passer le plus de péripéties. C’est un moment d’actions, de contrecoups et de revirements. Si vous êtes victime de ce syndrome du milieu, pas d’inquiétude ! Cela se traite avec de la patience et du labeur !

Maîtriser l’arc du personnage 

Le syndrome du milieu de l’histoire peut tenir son origine de plusieurs problèmes dans votre intrigue. Un nombre de personnages principaux difficile à gérer. Un enjeu dramatique qui n’en est pas vraiment un. Ou bien un univers narratif mal façonné ou sous-utilisé, un travail de construction bâclé… Et très souvent, tous ces problèmes s’avèrent liés !

Avant de tout jeter à la poubelle et de recommencer (et risquer de vous retrouver confronté(e) au même problème), demandez-vous si vous avez travaillé les arcs de vos personnages.

Le travail sur l’arc des personnages n’est pas une panacée, mais quand il est fait sérieusement, il permet de consolider des éléments très importants de votre histoire. Il vous demande de travailler votre univers narratif, de penser à une situation initiale solide, de bien définir la quête de votre personnage. Mais surtout, d’envisager des obstacles puissants dont la confrontation va amener votre personnage à une évolution progressive, inexorable. Il est en train de devenir un être nouveau – pour le meilleur comme pour le pire. Bref, le travail sur l’arc permet de constituer le corps de votre récit, ce fameux « milieu ».

Tracer précisément l’arche narrative de votre personnage – avant rédaction et en cours d’écriture – vous permet de ne pas vous perdre dans votre récit, au fil de la rédaction. Vous maitrisez votre thème, vos effets dramatiques. Ainsi vous ne perdez pas le rythme : ni pour vous, ni pour vos lecteurs. C’est donc un outil très intéressant à étudier, analyser et tester en profondeur !

Syndrome du milieu et midpoint

En dramaturgie (en construction d’histoires), on situe précisément le milieu d’une intrigue. Il s’agit du « midpoint », un moment tout sauf anodin. Ce point central est une scène (ou une série de scènes) qui fait basculer votre histoire dans un nouveau paradigme. Bien souvent, cela permet de redonner un rythme dynamique à une histoire qui est en train de perdre du tonus en termes d’actions ou d’intérêt pour le lecteur.

Notez-bien qu’il n’existe pas une seule façon de dessiner un arc de personnages. Et heureusement ! Sinon toutes nos histoires parleraient de la même chose et se dérouleraient de la même manière. Au sein du stage « L’Arc transformationnel du personnage », vous découvrirez les trois grands types d’arcs transformationnels. L’arc positif, l’arc négatif et l’arc neutre. Ce sont de grands modèles à connaître et à maîtriser, pour ensuite, si on le souhaite, être libres de les moduler à l’infini.

Si vous êtes lassé(e)s de souffrir du syndrome du milieu, pensez à vous former aux bases et aux techniques de la dramaturgie. Une (bonne) histoire ne s’écrit pas au hasard. Il est normal de devoir apprendre à construire une histoire cohérente et fascinante pour un lecteur qui n’est pas dans votre tête. Pour en connaître davantage sur les techniques qui permettent de créer des personnages puissants, aux trajectoires fascinantes, nous vous conseillons de suivre notre stage « L’Arc transformationnel du personnage ». Vous découvrirez, analyserez et créerez – étapes par étapes – des arcs de personnages positifs, négatifs et neutres et découvrirez des techniques pour développer vos personnages sur une intrigue longue.

Articles similaires

Aller à la barre d’outils