Adresse : 10 rue du chariot d’or, 69004 Lyon
Mail : contact@artisansdelafiction.com
Tél. : 04.78.29.82.07

 

Permanences téléphoniques et accueil :
les mercredis de 14h à 18h (hors vacances scolaires)

Nous suivre sur les réseaux
S’inscrire à notre newsletter

Comment devenir écrivain – Ellen Kushner

Par : Roxane Fallot

« Pour devenir écrivain il est nécessaire de lire beaucoup »


Depuis 2015 les Artisans de la Fiction vont à la rencontre de romanciers, aussi bien étrangers que français, pour mettre en évidence leurs pratiques d’écrivain. Ces auteurs ont tous des styles, des univers et des références bien distinctes. Et pourtant il s’accordent tous sur l’importance de la lecture pour écrire mieux et espérer devenir écrivain.

Nous avons interviewé Ellen Kushner, auteure américaine considérée comme l’un des piliers de la littérature fantasy et en particulier de la fantasy de mœurs, avec la publication de « A la pointe de l’épée ».

Pourquoi la lecture est si importante pour devenir écrivain ?

Pour Ellen Kushner, pas de doute possible. Ecrire une bonne histoire, y compris une bonne histoire d’heroic Fantasy, nécessite de lire énormément. Et il n’est pas question d’engloutir des kilomètres de romans ! Bien au contraire; il faut analyser le texte sous vos yeux. 

Posez-vous des questions pendant votre lecture. Lorsque vous tombez sur un passage qui vous semble bon ou qui vous touche particulièrement, demandez-vous : « Comment l’auteur s’y prend-t’il ? Comment a t’il fait pour me faire ressentir cette émotion ? Comment a t’il fait pour me faire imaginer ces choses ? » Lisez avec des yeux d’écrivain… peut-être pas à la première lecture si vous trouvez cela trop lent… Mais prenez le temps de retourner en arrière, de ressentir le plaisir d’analyser l’histoire.

Lire beaucoup, et de manière analytique, ne permet pas uniquement de mieux comprendre le fonctionnement des auteurs que vous appréciez. Pour Ellen Kushner c’est également autant de ressources qui vont nourrir son travail d’écriture.

Comment compléter sa formation en dehors des ateliers d’écriture ?

Ellen Kushner n’a pas suivi de cours de creative writing mais avant de devenir écrivain elle a longuement étudié le théâtre et l’histoire médiévale. 

Ce que vous étudiez quand vous faites des études de théâtre, c’est la structure des pièces et la création des personnages. Shakespeare m’a beaucoup inspiré. Pas forcément dans ma façon d’écrire, mais dans le Londres qu’il décrit.  Le Londres de Shakespeare se trouve aussi dans mes mondes.

En revanche, les études d’histoire ne vous apprennent rien sur la création des personnages mais ça vous apprend sur la langue, sur votre langue et je trouve ça très important. Il existe des best-sellers qui sont très mal écrits en terme de langue mais ce n’est pas la littérature qui me parle. Pour moi il est important d’écrire de manière élégante mais surtout de manière précise et musicale. Et c’est quelque chose à laquelle vous vous confrontez quand vous étudiez la littérature médiévale. 

Comment s’inspirer de ce qu’on connait pour écrire ?

Lorsque Ellen Kushner se lance dans une nouvelle intrigue elle aime construire son univers en s’appuyant sur des lieux, des époques et des ambiances qu’elle connait. En effet, même lorsque l’on écrit de la fantasy, il est plus simple, et surtout plus efficace, de mettre à contribution nos souvenirs.

Ellen kushner à la pointe de l'épée

J’ai créé l’univers de mon premier roman à partir de lieux que je connais ou que j’ai découvert dans mes lectures. J’aime dire que j’ai créé une grosse soupe faite de tout ce que j’aime, de tout ce qui m’intéresse, y compris des éléments de la vie que je menais à New York dans les années 1980, qui était une ville complexe, parfois très dangereuse, très queer. Je vivais dans un quartier mouvementé plein de vieilles maisons et de parcs… qu’on retrouve dans mon livre. C’était vraiment ma vie à ce moment là. Mais on retrouve aussi des éléments d’autres romans que j’ai aimés, d’endroits qui m’ont marqués.

Devenir un écrivain c’est donc s’inspirer de lieux que l’on connait afin de créer des lieux fictionnels cohérents pour le lecteur.

Dans ma vingtaine j’ai beaucoup voyagé seule, j’ai exploré beaucoup d’endroits, notamment en France que je connaissais depuis l’enfance. J’adorais les monuments à l’abandon, je rentrais dans les cours intérieures, dans les escaliers. En particulier les vieux monuments, ceux du Moyen Âge ou de la Renaissance. Pas à Paris bien entendu mais dans des villes plus petites.

En conclusion : comment créer un monde ?

Les mondes que créent Ellen Kushner sont un mélange de tout ce qu’elle connaît et apprécie, aussi bien dans les œuvres de théâtre, que les romans d’aventure, et les lieux réels. Son écriture s’imprègne de tout ce qui l’entoure et l’a entouré dans le passé. A l’inverse de Tolkien, qui construit des mondes entiers à partir de zéro, Ellen Kushner crée des personnages qui l’entraînent dans leur réalité. Voici comment elle procède :

Pour mon premier roman, tout ce que je connaissais du monde de mon histoire était ce que mes personnages pouvaient en voir. Je les suivais dans les rues de la ville. C’était une ville divisée entre les nobles et la plèbe, faite de criminels, de gens dangereux pleins de magie. Et quand on me demandait pourquoi la classe moyenne n’existait pas dans mon livre, je répondais “Elle existe mais elle n’était pas présente dans l’histoire que je voulais raconter ». 

 

La page d’Ellen Kushner sur le site des éditions ActuSF

Les éditions Actusf répondent aux Artisans de la Fiction à propos de leur manière de sélectionner les manuscrits.

Aller à la barre d’outils