Adresse : 10 rue du chariot d’or, 69004 Lyon
Mail : contact@artisansdelafiction.com
Tél. : 04.78.29.82.07

 

Permanences téléphoniques et accueil :
les mercredis de 14h à 18h (hors vacances scolaires)

Nous suivre sur les réseaux
S’inscrire à notre newsletter

Comment écrire de la non-fiction ? Jan Stocklassa

Par : Julie Fuster

Jan Stocklassa est un ancien diplomate suédois. Il a écrit plusieurs romans et est particulièrement connu pour son travail de non-fiction sur l’enquête de l’assassinat du 1er ministre suédois Olof Palme. 

écrire de la non-fiction Jan Stocklassa

Jan Stocklassa – Quais du Polar 2019

Lors de l’édition 2019 de Quais du Polar les Artisans de la fiction ont eu la chance d’interviewer Jan Stocklassa, romancier. Il revient avec nous sur le travail colossal investi dans son dernier ouvrage de non-fiction.

Qu’est-ce que la non-fiction ? 

La non-fiction, ou littérature non fictionnelle, désigne les écrits qui ne sont pas tirés de l’imagination de leur auteur. Le genre réfère aussi bien aux livres de cuisine qu’aux récits de voyage et aux comptes-rendus d’enquêtes journalistiques ou policières.  

J’ai tiré sur plusieurs fils, sur plusieurs faits et ce n’est qu’au bout de six ou sept ans de recherches que j’ai réalisé que je pouvais écrire un livre sur le sujet et que ce serait un bon livre.

Jan Stocklassa, alors ancien diplomate et homme d’affaires suédois, se met à écrire de la non-fiction dès 2007. En 2018 il publie “La folle enquête de Stieg Larsson”. Un roman de non-fiction qui relate l’investigation de Stieg Larsson autour du meurtre réel, survenu en 1986 du premier ministre suédois Olof Palme. Ce dernier est assassiné en pleine rue, devant sa compagne et plusieurs témoins. Pourtant en 2019 le meurtrier n’a toujours pas été identifié. 

Quelles différences entre la fiction et la non-fiction  ? 

Il n’est pas toujours évident de différencier l’écriture de fiction de la litterature non fictionnelle. En effet, de nombreuses fictions sont, à différents degrés, inspirées de la vie réelle. Pour Jan Stocklassa la frontière entre les deux genres va s’amoindrir de plus en plus avant de disparaître.

Les deux genres se rapprochent de plus en plus l’un de l’autre. Vous pouvez écrire un ouvrage de non-fiction de manière très romancée tout comme vous pouvez écrire une histoire inventée à la façon d’un essai.. 

En fait, c’est une erreur courante de penser que la non fiction se cantonne à lister des faits. Il y a toujours un travail de narration qui est réalisé, si ce n’est dans le choix des faits qui sont délivrés… Je suis convaincu que ce type de littérature, la non-fiction, est tout aussi honnête et fidèle aux événements qu’un documentaire plus classique. Ce sont seulement deux manières différentes de faire la même chose : raconter une histoire. 

La folle histoire de Stieg Larsson Jan Stocklassa 2018

L’importance du travail de recherche 

Dans tout travail documentaire, la recherche occupe une partie considérable de la production. D’après Jan Stocklassa, l’écriture de son roman a demandé huit années de recherches. Ce n’est qu’après qu’il a véritablement écrit, et ce pendant un an.

Pour commencer c’était un grand travail de recherche archivistique, notamment sur les archives de Stieg Larsson. Ensuite, bien sûr, j’ai rencontré des gens et c’est là que ça a commencé à devenir vraiment intéressant, j’étais dans le vif du sujet. Se confiner dans les archives ne suffit pas. Il faut utiliser aussi ce nous avons sous la main. Par exemple nous avons fait de l’investigation : une jeune femme a rencontré celui que je pense être le meurtrier de notre Premier Ministre et l’a enregistré grâce à des caméras cachées sur ses lunettes. Nous avons fait de la recherche sur les réseaux sociaux, des choses très modernes. Des méthodes que Stieg Larsson aurait utilisées s’il était encore vivant aujourd’hui. 

Le conseil de Jan Stocklassa 

Avant de nous quitter Jan nous a donné quelques conseils pour se lancer dans l’écriture.

Je dirais à vos élèves que c’est un travail difficile. Il faut écrire au moins trois ou quatre heures par jour et ne pas attendre l’inspiration. Le plus important est de se lancer. Ecrivez au moins 1000 mots par jour… de mon côté j’écris au moins 1200 mots par jour, mais Stephen King en écrit 2000, donc bon… Donc 1000 mots par jour, ça parait raisonnable.

 

Nous remercions Quais du Polar d’avoir permis cette interview.

Les propos des auteurs de polar vous intéresse ? Vous pouvez dès à présent lire l’interview d’Antti Tuomainen et découvrir comment créer une bonne intrigue.
L’écriture de la Non-Fiction vous intéresse ? Vous pouvez assistez à l’intégralité de la master class exceptionnelle donnée par Ted Conover aux Artisans de la Fiction et en apprendre plus sur les points communs entre la Non-Fiction et la Fiction.

Aller à la barre d’outils