Adresse : 10 rue du chariot d’or, 69004 Lyon
Mail : contact@artisansdelafiction.com
Tél. : 04.78.29.82.07

 

Permanences téléphoniques et accueil :
les mercredis de 14h à 18h (hors vacances scolaires)

Nous suivre sur les réseaux
S’inscrire à notre newsletter

Libraire : payé pour lire ?

Par : Julie Fuster

Comprendre le métier du libraire 

Les libraires jouent un rôle essentiel dans la chaîne du livre. Ils sont le dernier maillon de la longue chaîne qui achemine les romans jusqu’aux mains des lecteurs. Pourtant, ils ont rarement la parole ! Comprendre le métier de libraire, c’est comprendre par quelles étapes passent les romans que nous dévorons avant d’arriver entre nos mains.

Le métier de libraire, souvent fantasmé 

Comme le véritable travail du romancier, l’activité du libraire est assez méconnue et, de fait, souvent incomprise. Nous avons interviewé Gabriel Pflieger au sujet de ces grands oubliés de la chaîne du livre.

Gabriel Pflieger travaille à la librairie Vivement Dimanche située à Lyon, sur le plateau de la Croix-Rousse. Libraire depuis plus de vingt ans, il nous raconte ce métier qu’il adore et dans lequel il est arrivé par hasard. Et si, comme on s’en doutait, on apprend que les libraires lisent beaucoup… on découvre qu’ils le font en général sur leur temps libre !

Le libraire, amoureux de la littérature 

Évidemment, les libraires lisent beaucoup. En effet, il leur faut rester à la page des nouveautés (littéralement !) pour pouvoir aussi bien conseiller leur clientèle que vendre les romans qu’on leur confie. Gabriel Pflieger, qui ne lisait pas du tout avant de devenir libraire, lit au moins une journée entière par semaine. Souvent bien plus, car la lecture fait partie de son quotidien. 

Cependant, il lui serait impossible de le faire à la librairie ! Dans sa journée de travail, il doit réceptionner tous les livres qu’on lui envoie, les déballer, les installer en rayons (en tenant compte de son appréciation du livre et de son positionnement dans l’offre actuelle).

“C’est activité physique aussi bien que cérébrale !”

Mais ça ne s’arrête pas là ! Le métier de libraire demande également d’aimer les gens et le contact avec la clientèle. 

“C’est un métier où on est interrompu en permanence.”

Multiplication de l’offre

Depuis quelques années, le nombre de romans produits en France excède largement la demande. Les libraires, comme les éditeurs, sont aussi aux premières loges. En effet, Gabriel Pflieger nous confie que de plus en plus d’auteurs auto-publiés se rendent directement en librairie pour proposer leurs textes. 

“Il y a encore une aura, de l’auteur, qui fait que les gens veulent être publiés”, nous dit le libraire. “Sauf que n’étant pas passés par le filtre d’un éditeur, parfois ils n’ont pas le recul sur ce qu’ils ont fait. Ils écrivent mais ne lisent pas et ils ne se rendent pas compte que ce qu’ils ont écrit l’a déjà été dix fois, vingt fois, cent fois. C’est dommage.“

Visionner l’intégralité de l’entretien : 

Articles similaires

Aller à la barre d’outils