Adresse : 10 rue du chariot d’or, 69004 Lyon
Mail : contact@artisansdelafiction.com
Tél. : 04.78.29.82.07

 

Permanences téléphoniques et accueil :
les mercredis de 14h à 18h (hors vacances scolaires)

Nous suivre sur les réseaux
S’inscrire à notre newsletter

Créer un personnage de roman – Quais du Polar

Par : Lionel Tran

La porte d’entrée d’un roman c’est le personnage. En tant que lecteurs, nous nous souvenons plus souvent des personnages (le commissaire Maigret, l’inspecteur Harry Bosch, Walt Longmire…) que de l’intrigue. Mais comment fait-on pour créer un personnage ? 5 auteurs de polars, romans noirs et thrillers psychologiques nous racontent comment ils s’y prennent pour créer un personnage de roman .

Créer des personnages en relief 

Tout écrivain débutant va se confronter d’entrée de jeu à la complexité de la création de personnages : par quoi commencer, et comment aller au delà d’une vague  silhouette dotée d’une ou deux caractéristiques ? Faut-il avoir des connaissances de psychologie pour créer la personnalité complexe d’un personnage ? Et une fois que l’on a fabriqué un personnage, à la manière du docteur Frankenstein, comment lui donner vie ? Comment s’assurer qu’il ne nous échappe pas ? 

Combiner le personnage et l’intrigue

Craig Johnson, romancier américain, explique l’importance de créer un personnage de roman avec des failles

Craig Johnson : Dans le processus d’écriture, il s’agit la plupart du temps de combinaisons entre le personnage et l’intrigue.
Dans Little Bird, le premier livre de la série des Walt Longmire, je savais que le livre se passerait dans le Wyoming. Qu’il y aurait un criminel et une victime. Je me suis demandé qui serait le plus affecté par le crime, et ma réponse était bien sûr le shérif.
Avec le temps je me suis aperçu que mes personnages se fabriquent non pas à partir de ce que je veux faire, mais plutôt à partir de ce que je ne veux pas. Quand vous travaillez sur du genre, western, polar, la question à se poser c’est : qu’est-ce qui a déjà été fait avant ? Comment faire autrement?

Dans la plupart des westerns les personnages sont séduisants, extraordinairement compétents et plein de sang-froid. J’ai voulu un protagoniste qui ressemble à vous et moi.
Je lui ai donné des armes secrètes. Le sens de l’humour, par exemple. En général dans les fictions criminelles, les personnages en sont dépourvus. Une autre caractéristique de Walt c’est qu’il lit beaucoup. Et il se souvient de tout. Cela lui donne un avantage.

Mais encore faut-il savoir comment engendrer des personnages riches, spécifiques et complexes. Comme de très nombreux écrivains, le romancier américain Todd Robinson, barman de profession, s’inspire de personnes qu’il a côtoyées.

Plus je colle à la réalité, plus mes personnages sont vivants.

Todd Robinson : Mes personnages sont basés sur mon expérience. Il y a très peu d’exceptions, et même quand il y en a, c’est juste que je prends quelques libertés par rapport à une personne réelle. Je suis beaucoup plus fasciné par les personnages qui m’entourent que par ceux que je pourrais créer de toutes pièces. Les vraies personnes sont toujours plus intéressantes, plus complexes, avec plus de détails.

Plus je colle à la réalité, plus mes personnages sont vivants. L’un de mes personnages, par exemple, est basé sur une tenancière d’un bar que j’ai côtoyée pendant des années. Une vieille coriace avec une voix rauque. Ce personnage, je l’ai appelé Frieda. Mais en réalité cette femme s’appelait Audrey. Quand elle a appris que j’avais créé un personnage basé sur elle, Audrey m’a menacé de sa voix rauque : « Je m’appelle Audrey. Pas Frieda. » Je lui ai répondu « Oui madame », puis j’ai utilisé son vrai prénom. Cette femme est un personnage incroyable… Quand les gens me disent que j’ai beaucoup d’imagination, je leur explique que non ! Tout est basé sur la réalité.

Pour créer un personnage, l’auteure de polars française Marion Brunet mélange plusieurs personnes issues de la réalité.

Marion Brunet : Je les laisse apparaître. Je pense qu’il y a des influences de gens que j’ai pu croiser, mais je ne m’en rends pas toujours compte au départ.
Pour ce roman-là, j’ai fait un truc que je n’avais jamais fait avant : aller discuter avec quelqu’un. Un vieux copain maçon, parce qu’un des personnages principaux est maçon. J’avais besoin de connaître des détails techniques, pour ne pas être à côté de la plaque. On a beaucoup discuté, je lui ai demandé comment ça se passait dans les chantiers, et en parlant avec lui j’ai eu plein de choses qui ont émergé autour de l’ambiance entre les gars dans un chantier, comment ça peut se passer, y compris autour du racisme ordinaire par exemple.
Mais d’habitude je ne fais pas ce genre de truc et j’ai trouvé ça super intéressant.

Pour les besoins de l’intrigue

Mais certains auteurs ne commencent pas par créer un personnage pour leur roman : ils partent d’une idée d’intrigue, et construisent ensuite les personnages dont ils ont besoin. C’est la technique du réseau de personnages. C’est également ainsi que la romancière australienne Jane Harper a travaillé sur son roman “Canicule” : 

Les personnages s’approchent de personnes réelles, plus authentiques

Jane Harper : Mes personnages se transforment en cours de route. Quand je commence j’ai souvent besoin d’un certain type de personnage pour une raison précise en lien avec l’intrigue, pour effectuer certaines actions. Au début ils sont souvent trop unidimensionnels, trop stéréotypés et pas si intéressants, mais plus on réécrit plus ils deviennent intéressants. On creuse leurs relations avec les autres personnages, leur passé, et ils se rapprochent progressivement de personnes réelles, plus authentiques.

La romancière canadienne Shari Lapena, auteure de thrillers psychologiques, travaille d’une manière similaire ; 

Shari Lapena : Je construis les personnages de la même manière que je construis mon intrigue : je pars avec l’idée d’un événement puis je pose des personnages que je connais peu. Je les insère dans cette situation et je vois comment ils agissent, ce qu’ils disent. Je commence à avoir une idée des personnages et en fonction des retournements de l’intrigue je vois comment mes personnages réagissent et je commence à les comprendre.

Analyser la construction des personnages de fiction.

Au final, que le romancier partent de la construction du personnage, ou de l’élaboration de l’intrigue, il cherchera à créer une interaction entre les deux. Et pour parvenir à cela, il devra doter ses personnages de qualités et de défauts, leur donner une véritable personnalité. Et pour y parvenir, il s’inspirera à la fois des personnages qu’il l’ont marqués en tant que lecteur, en analysant la construction de ces personnages de fiction. Il piochera aussi dans sa propre personnalité pour donner vie à ces personnages. Il s’inspirera également de ses connaissances, afin de doter ses personnages d’attributs originaux et vraisemblables. Enfin, il devra apprendre à construire un réseau de personnages en interaction dans le cadre de son histoire.

 

Pour ceux qui veulent apprendre à construire un personnage en interaction avec un réseau de personnages ainsi qu’un univers narratif, Les Artisans de la Fiction proposent en télé enseignement du 20 au 24 avril 2020 le stage “Préparer et construire un roman – Les bases de la dramaturgie”

Lire les interviews complètes de Craig JohnsonTodd Robinson, Shari Lapena,, Jane Harper, Marion Brunet.

Merci à toute l’équipe de Quais du Polar pour ces interviews.

Pour son édition 2020, Quais du Polar vous propose une édition virtuelle.

 

Quais du Polar

Aller à la barre d’outils