Adresse : 10 rue du chariot d’or, 69004 Lyon
Mail : contact@artisansdelafiction.com
Tél. : 04.78.29.82.07

 

Permanences téléphoniques et accueil :
les mercredis de 14h à 18h (hors vacances scolaires)

Nous suivre sur les réseaux
S’inscrire à notre newsletter

Les points de vue dans le roman

Par : Julie Fuster

Dans un roman, le choix des points de vue permet de raconter des histoires totalement différentes. C’est le point de vue qui détermine les informations auxquelles les lecteurs auront accès. Bien le choisir est un passage obligatoire pour tous les romanciers !

points de vue roman

Qu’est ce que le point de vue

Choisir le point de vue d’une histoire, c’est choisir qui la raconte. C’est choisir le regard, le filtre qui tamisera les évènements et les émotions. Ou pour le dire encore autrement : c’est choisir le narrateur ou la narratrice de l’histoire, d’un roman, d’une nouvelle…

A notre époque, en France, on a souvent le réflexe d’écrire un roman à la première personne. Un personnage, souvent le personnage principal, raconte sa version des faits et la livre au lecteur.

Par exemple, dans “Le Horla” de Maupassant, c’est bien le personnage principal qui parle. Il s’exprime à la première personne pour livrer son expérience, ses angoisses et ses visions au lecteur. Ce dernier suit l’histoire à travers ses yeux. Il appréhende les informations par son filtre ainsi que ses souvenirs, ses émotions, etc. On pense aussi à “Celle que vous croyez” de Camille Laurens, aux narrateurs des romans de Nicolas Fargues…

Le point de vue à la première personne existe aussi au cinéma ! Il existe plusieurs techniques pour donner l’illusion au spectateur de voir une histoire à travers les yeux du personnage principal, comme la caméra subjective ou encore… la voix off.

Mais ce réflexe est à considérer avec attention, car il existe de nombreuses autres possibilités.

Les différents points de vue dans un roman

Une seule et même histoire est potentiellement racontable à travers mille et un prismes. Il est impossible de faire une liste exhaustive de tous les points de vue.

Car un même évènement peut avoir été vécu de manières très différentes par les protagonistes d’une histoire. Prenez l’exemple d’un triangle amoureux, ou bien d’un repas de famille… chacun à sa version des faits !

Pour le repas de famille, il y a bien sûr le point de vue de chaque membre présent autour de la table, mais aussi celui de la voisine, celui du chat, celui du facteur qui passe livrer le courrier à un moment fatidique, etc. Vous voyez, c’est potentiellement infini.

Mais pour nous repérer dans cette infinie possibilité, nous avons tendance à “grouper” les différents points de vue en catégories.

  • Les points de vue à la première personne. Ça peut être le point de vue du personnage principal, ou bien celui d’un personnage secondaire qui regarde une histoire extraordinaire se dérouler devant ses yeux sans y prendre part.
  • Les points de vue à la troisième personne. Le lecteur suit de l’extérieur le personnage principal dans son aventure, comme lorsqu’on regarde un film par exemple. Le narrateur est extérieur. Il choisit de nous montrer ou non une scène, de nous livrer ou non les pensées du personnage.
  • Le point de vue omniscient : un narrateur extérieur connait tout du monde de l’histoire, tout du passé, des émotions et du futur de tous les personnages de l’histoire…
  • Les points de vue rares. Ce sont le point de vue au “nous”, le point de vue au “tu”, etc.

Sans oublier toutes les modulations et les variations possibles dans chacune de ces catégories ! Par exemple, lorsqu’une histoire nous est racontée à la troisième personne, le narrateur fait le choix de donner au lecteur l’accès (ou non !) aux pensées du personnage principal… ou encore l’accès aux pensées de tous les personnages !

Faire le bon choix pour son roman

Alors comment choisir à quel(s) point(s) de vue écrire son roman ? Souvent, on a tendance à aller vers le point de vue qui nous séduit le plus. C’est à dire celui qui nous intéresse en tant qu’auteur… et pourquoi pas ? Mais il est aussi primordial de se pencher sur la question des conséquences du choix de point de vue.

Lorsqu’on choisit que telle ou telle personne raconte une histoire, cela va avoir un impact sur le lecteur. Il n’aura accès qu’à un nombre limité d’informations (uniquement celles que le narrateur a). Il ressentira également l’histoire à travers le prisme émotionnel et moral de ce personnage… alors évidemment, un choix de point de vue, ça a des conséquences sur l’intrigue et sur l’émotion !

Il paraît donc sage d’envisager plusieurs options avant de se lancer dans la rédaction de sa nouvelle ou de son roman !

Les erreurs courantes

Se jeter tête baissée sans mesurer les conséquences techniques de son choix de point de vue… c’est une erreur très courante pour les auteurs inexpérimentés ! Et la question du point de vue est tellement critique, qu’elle transporte avec elle de nombreuses autres erreurs faciles à commettre.

  • Confondre narrateur et auteur : et oui, ce n’est pas la même chose. L’auteur peut créer un narrateur qui a des opinions très différentes des siennes !
  • Choisir son narrateur trop vite… et se rendre compte que ce choix ne nous permet pas de raconter l’histoire qu’on souhaite raconter.
  • Vouloir mettre trop de points de vue différents dans son roman. Après avoir envisagé le point de vue à la première personne, le second réflexe est souvent de se dire… « Je vais raconter mon histoire avec plusieurs points de vue et les mélanger »! Bonne idée, et par ailleurs il existe de très nombreux romans qui superposent les points de vue – on pense tout de suit à “La Horde de Contrevent” d’Alain Damasio ou encore à “Lignes de faille” de Nancy Huston.
    Mais restez prudent. Maitriser un point de vue unique, le rendre intéressant et immersif pour un lecteur est déjà difficile. Alors en maitriser plusieurs ! Et surtout, être capable de ne pas perdre son lecteur dans la multiplicité des points de vue… ça demande pas mal d’entrainement !

Alors pour vous aider à comprendre les différents points de vue, les tester et comprendre leurs conséquences sur un roman… une bonne idée, c’est de se former.
Vous pouvez, à ce sujet, lire “Premier roman, mode d’emploi” de Laure Pécher, ou bien “The Power of point of view” d’Alicia Rasley… entre autres ! Les manuels sur la question sont plutôt nombreux. Leur lecture vous permettra de mieux saisir l’impact des différents points de vue dans un roman.

Vous pouvez également suivre notre stage “Les Outils de la narration littéraire” dans lequel une journée entière est consacrée à ce thème (et 4 autres journées consacrées à une multiplicité d’autres outils). Le stage avancé “Les outils de la narration – 2” aborde lui le point de vue sous le prisme de la stratégie narrative.

Si vous suivez la formation annuelle “L’Artisanat de l’écriture”, vous aborderez la question du point de vue en Année 1 et la question de la stratégie narrative en Année 2 !

Aller à la barre d’outils